Sunday, January 08, 2006

Let's talk about girls

Depuis presque un an maintenant, j’ai remarqué que je consacrais presque autant de temps à compulser des Blogs MP3 qu’à lire la presse spécialisée (dont je faisais pourtant mes choux gras auparavant). Je n’en reviens pas du nombre de groupes ou d’individualités pétris de talent que j’ai découverts par ce biais (Minotaur Shock , The prayer & tears of Arthur Digby Sellers, Carissa’s Wierd, Fiery Furnaces encore tout récemment) mais une chose m’étonne et m’attriste : où sont les filles ?
Des barbus, des velus, des couillus, des mal-chantants ( la palme revenant en ce domaine à Jim James de My Morning Jacket dont l’écoute du dernier disque, Z a dépassé le stade de l’épreuve ( torture serait un terme plus juste ), j’en ai eu mon compte mais des brassières, des couettes, des accroches-coeurs, des bonnets B ou C, des panties, je n’en ai pas vu bézef depuis 10 mois. Combien ont cité Annie ou Beautifully Human de Jill Scott à l’heure des bilans de fin d’année, combien d’articles sur les Long Blondes, Electrelane ou Rachel Stevens au regard des tombereaux de posts consacrés à Bloc Party ou Arcade Fire ?
Moi, qui sur 100 morceaux , en écoute 80 exempts d’hormones mâles, j’ai un peu de mal à m’y faire.Let it bee Je ne demande pas la parité, oh non, cette loi sotte et liberticide, mais un équitable retour du balancier. Je n’ai cependant guère d’illusion et le fait que le machisme puéril et rance des Stones continue à servir de carburant à toute une génération de rock-critics gonzos ne m’indique pas un revirement imminent. Gogo’svacation, Bangles (sur vos deux premiers disques du moins), Voice of the beehive, Calamités, Lush, Softies, Organ ( aujourd’hui ), je me suis fait votre chantre mais j’ai parfois l’impression de prêcher dans le désert. Alors, épargnons-nous les pythonisses glapissantes (jamais pu encaisser Patti Smith) mais régalons-nous de Dirty Mind, le premier single des Pipettes, un titre encore un peu vert ( surtout au regard de ce que promet leur programme inclus dans leur site qui parle de Spector et de John Cage ) mais qui annonce un futur frivole et excitant pipettes

2 comments:

L'Anonyme de Chateau Rouge said...

X-Ray Spex, The Slits : deux groupes de filles à mon actif. Alors oui c'est sur ce sont des vieux groupes punks et je n'ai pas fait de top machin des albums de l'année. Mais bon Fiery Furnaces, beaucoup de garçons ok, mais une fille non? Pareillement sur 100 titres 80 sont en général chantés par de jeunes filles aux voix qui me donnent envie de me damner tout de suite !

Sonic Eric said...

Les Slits, je peine un peu : trop radical pour moi mais que des bons souvenirs avec X-Ray Spex : mon cousin , qui voulait nous déniaiser musicalement, balançait ça (Artificial et Bondage up yours) juste après Olivenstein et nous, on en redemandait