Thursday, June 09, 2005

Recyclage

Voilà un texte que j'avais écrit il y'a plus d'un an mais que j'ai plaisir à réactiver dans mon blog. S'y trouvaient déjà tous les disques qui continuent à me nourrir aujourd'hui. Pour l'agrément qu'apporte une correction, j'ajouterai Snowball des Field Mice et Happiness de Sébastien Schuller ( quoique le disque soit encore brûlant sur la platine, ce qui enlève un peu de valeur au jugement ) et je retrancherai A bride abattue des Calamités ( où l'intention est certainement plus louable que la réalisation ) et Abbey Road ( la première face est vraiment trop ingrâte ) . Le prétexte de cet article était un numéro spécial de Télérama ( paru en mars 2004 ) consacré aux 50 disques qui ont fait le rock. Evidemment, j'avais réagi sur le champ mais beaucoup m'ont reproché de botter en touche entre autre chose. Voyez par vous même.

Ah, la liste des 50 albums essentiels de la rédaction de Télérama ! Si on
passe sur le fait que Télérama et le rock ( en dépit de la présence parmi
les " décideurs" de François Gorin et d'Hugo Cassavetti ( des hommes de
goût !)), c'est un peu comme le hamburger chez Bocuse, une intrusion qui
tâche, on demeure, malgré l'injure des ans, toujours titillé par ce genre
de classements un peu absurde. Le mot rock me fait parfois bailler mais
l'exploration des tours et détours qu'a pris la musique populaire au
siècle dernier ( en particulier l'anglo-saxonne) reste une source
d'excitation majeure. Ne plongeons pas immédiatement dans la mauvaise foi (
ce qui demeure ardu ) et reconnaissons que le panthéon de Télérama contient
quelques belles pièces et même pour certaines, loin des sentiers battus (
Trouver Mazzy Star ici relève d'une vraie surprise ). D'ailleurs, pour
commencer ma contre-liste, je reprendrai bien volontiers quelques titres
choisis par ces éminents rédacteurs mais U2, les Doors, Pink Floyd, Patti
Smith, T.Rex, Talking heads, Sex pistols et ce pour des raisons parfois
contradictoires, non merci. Sans façon. Alors quoi ? Dans une liste à ma
façon qui ne cherchera pas à donner des gages de "street credibility" et
qui parfois fera tristement l'impasse sur mes grands engouements de
l'adolescence, je reprendrai Five leaves left mais Bryter later aurait tout
aussi bien pu faire l'affaire, Pet sounds ( cela ne surprendra
personne),Odessey and Oracles ( une des vraies rares découvertes des 5
dernières années : un joyau, c'est vrai et en plus par des p'tits gars de
Saint Albans ), Village green preservation society ( of course ) et c'est
tout même en conservant beaucoup des groupes ou individus cités pour une
autre de leurs œuvres. Les Stones, ce sera Between the buttons ( évidemment
parce que c'est le moins stonien ). Les Beatles, Abbey Road ( pour la face
Macca ) et Rubber Soul. Les Who, The Who sell out mais je connais trop mal
My generation pour le balayer d'un simple revers de la main. Les Smiths,
Meat is murder and Hatful of hollow ( The Queen is dead aussi magistral
soit-il souffre incontestablement d'un concensus pénible entre Smiths fans
). Pour le reste, déroulez jeunesse :
1. The Undertones : Positive touch.
2. Madness : Seven
3. Dusty Springfield : Dusty in Memphis.
4. The Four tops : 1967.
5. Abba : Voulez-vous
6. Voice of the Beehive : Let it bee
7. Les Calamités : à bride abattue.
8. The Gogo's : Vacation
9. The Carpenters : Offerings
10. Craig Armstrong : The space between us
11. The Rolling Stones : Between the buttons.
12. Marvin Gaye : Vulnerable ( quel rapport avec le rock ? Aucun, on est
bien d'accord ! )
13. Françoise Hardy : Soleil ( idem )
14. Claudine Longet : Cuddle up with
15. George Michael : Faith.
16. The Everly Brothers : It's everly time
17. The Smiths : Hatful of hollow
18. The Smiths: Meat is murder
19. Morrissey : Viva hate.
20. Daniel Darc : Sous influence divine.
21. The Ramones : Rocket to Russia.
22. The Beatles : Abbey Road
23. The Beatles : Rubber Soul
24. Sophia : The infinite circle
25. Ricky Nelson : Rick is 21
26. Nick Drake : Five leaves left
27. Ride : Nowhere.
28. Lush : Spooky.
29. Saint-Etienne : So tough.
30. The Bee Gee's : First.
31. The Kinks : village green preservation society.
32. Tom MacRae : Tom Mac Rae
33. The Inmates : Shot in the dark.
34. The Pretenders : Learning to crawl.
35. The Stones Roses
36. Placebo : Without you, I'm nothing
37. Echo and the Bunnymen : What are you gonna do with your life ?
38. The Who : The Who sell out
39. Grandaddy : The sophtware slump
40. Margo Guryan: Take a picture
41. Gentle Waves : Swansong for you
42. Pulp : Different class
43. Pet shop boys : Very
44. Grant Mac Lennan : In your bright ray
45. Kings of convenience : Quiet is the new loud.
46. A-ha : Hunting high and low
47. The Beach Boys: the Beach boys today
48. American spring : American spring
49. The Beach Boys : Pet sounds
50. The Specials : The Specials.
Bien sûr, demain, la liste serait différente et je n'oublie pas que les
plus beaux disques sont ceux qu'on ne possède pas encore et qu'on ne peut
que deviner. Deux illustrations de ce paradoxe : Forever changes et Ogden
nut's gone flakes
des Small Faces
L'ordre n'a ici aucune espèce d'importance.

1 comment:

Sonic Eric said...

Il y'a tout de même une vraie malhonnêteté dans ce palmarès : l'omission de Silvertone de Chris Isaak. Un des très rares disques à ne pas connaître de défaillance en cours de route. En 1985, un ovni. En 2005, un trésor.