Tuesday, October 30, 2007

Adrift in Ostend


Mercredi 7 novembre, la chaîne France ô (je ne sais pas à quel bouquet peut appartenir ce canal) diffuse un documentaire de Richard Olivier, Remember Marvin Gaye. Tourné en Belgique au moment de son exil à Ostende , le film a peu d’intérêt cinématographiquement parlant. Suite de plans hasardeux et d’interviews de témoins de second plan, Marvin aurait mérité un traitement plus princier*. Voir des poivrots flamands ironiser sur le jeu de fléchette du maître est même carrément désobligeant.

Marvin, une heure durant trimballe son interminable carcasse sur des quais crados et des playgrounds déserts, ce qui, il faut l’avouer, cadre bien avec le désarroi de cette période de sa vie. Cassé par sa séparation d’avec Jan, il se livre peu (mais avec cette voix inimitablement suave et douce), évoquant simplement le dégoût que lui inspire la cupidité du monde et son inaltérable amour du beau sexe. Alors, pourquoi ce post ? Tout simplement parce qu’à la fin (ne partez pas avant), on y voit le "black Sinatra" en survet’ Adidas chanter a cappella The Lord’s Prayer dans l’église de Mariakerke. Que ceux qui ne jurent que par les voix blanches et fades écoutent, ne serait-ce qu’une fois, ce moment phénoménal pour comprendre ce que signifie les mots Soul music !
* : David Ritz dans sa bouleversante biographie, Marvin Gaye, a divided soul dit pourtant du film de Richard Olivier qu'il s'agit du "only serious film done on Gaye while he was alive"

5 comments:

coolbeans said...

On essaiera de ne pas oublier ce rdv.
Mais bon... apprendre que Marvin Gaye jouait aux fléchettes comme une buse, ça me mine...

Anonymous said...

Rien à voir. T'en penses quoi des Shotter's Nation ? J'aurai besoin que tu me dises ce que sont leurs influences (Smiths?). ça m'a l'air vraiment pas dégueu

Mister-wolf

Sonic Eric said...

connais pas encore, je me renseigne !

coolbeans said...

Halte là !
Shotter's Nation n'est en fait que le deuxième album des Babyshambles, le second groupe de Pete Doherty, simili nouveau poète maudit, chair à magazine people et grand junkie devant l'éternel.
Et la filiation avec les Smiths peut y être. A vous d'en juger. Avec les Clash aussi si ça vous chante. Et The Jam. Moins avec Deep Purple.

Sonic Eric said...

Comment ai-je pu croire que l'odieux nantais avait découvert un nouveau groupe par lui-même ?
Sinon, tout comme mon fils (consensus rare), j'aime bien le kinksien Delivery