Saturday, September 26, 2009

I'll keep on holding on


ça me fait bien marrer les copains bloggers qui en ont après la tyrannie du single et l'hégémonie croissante de la musique commerciale (vieille lune!). Dans leur ligne de mire, le r'n'b, les clones de Britney et tout ce qui est susceptible de se retrouver dans le Ipod de ma fille de 10 ans. Il y a 40 ans, le discours était à peine différent : il y avait les hits de surprise partie qu'on écartait d'un revers de la main condescendant et puis il y avait les vrais musiciens, ceux qu'on écoutait avec révérence. Dans la première catégorie se trouvait Matha Reeves and the Vandellas, les Shirelles, les Marvelettes . Dans la seconde, des super groupes comme The Cream ou Blind Faith (dont au passage je vous mets au défi d'écouter un seul titre jusqu'à sa conclusion). Aujourd'hui, l'esprit de sérieux qui animait de tels groupes n'a hélas pas entièrement désarmé. Il ne s'incarne plus dans un blues rock stérile et bavard (ah, qui dira l'ennui stratosphérique des solos de Clapton) mais il subsiste à travers toute une série de groupes néo folks (Arcade Fire, Fleet Foxes, Bon Iver) non dénués de qualité (soyons honnêtes) mais où semble avoir disparu toute idée de fantaisie, de surprise et aussi, avouons-le de concision. Je suis frappé en me repassant jusqu'à satiété les Complete Motown singles de 1965 ou de 1968 de constater le nombre d'idées, de "hooks" qu'on pouvait faire passer en un peu plus de deux minutes. Compositeurs, musiciens, artistes au service du "sound of young America" valaient bien les jeunes dandys du British Blues boom. Aujourd'hui, heureusement, rare sont ceux qui continuent à mépriser les phénoménaux travaux d'Hercule qui se déroulaient dans le Snakepit du 2648 West Grand Boulevard à Detroit. Cette légèreté, cette vitalité, cette urgence, elle ne venait pas de nulle part, elle était le produit du travail d'une équipe de surdoués sous la férule d'un tyran visionnaire.
Attention, ne nous mèprenons pas. Je ne cherche pas à écrire que les voies du Top 40 sont uniquement pavées d'or mais que peut-être viendra un jour où on rééditera les Sugababes, les Girls Aloud, Alicia Keys, Kanye West en leur accordant l'attention, le soin que l'on porte aujourd'hui à juste titre à ce qui fit le sel des swingin' sixties.
The Marvelettes : I'll keep on holdin'on (ce Nowhere to run à elles)
Alicia Keys : Go ahead

13 comments:

The Civil Servant said...

Pouvait-on dire mieux ?
(ce qui ne m'empêche pas d'avoir quelques difficultés avec les R'n'B girlies dont tu parles, dont les travers vocalisant me fatiguent un peu, mais peut être par manque d'écoutes - et aussi parce que le spectacle français qui nous est donné dans le genre est assez attristant).

Sonic Eric said...

Merci Civil !
Rassure-toi, je n'adhère pas au R'n'B aveuglément (les ballades, même chez les Destiny's Child sont vite fatigantes) mais quand c'est bien, il faut le dire aussi (un exemple parmi cent : Go ahead d'Alicia Keys sur As I am (lien ci-dessus)

The Civil Servant said...

Et sans aucun rapport :
La reprise d'Unknown Pleasure, c'est bientôt ?

Sonic Eric said...

Sous peu, l'ami et tu seras dans les premiers avertis. Merci en tout cas d'y avoir pensé

Christophe said...

Complètement d'accord.
J'irais même plus loin. La pop est un truc qui chante les amourettes des adolescentes et qui DOIT être divertissant, fun, entraînant, dansant. C'est une PERVERSION que de la considérer avec le sérieux d'un universitaire. La pop n'est pas une musique savante. L'essence de la pop c'est Phil Spector et Abba (plus encore Phil Spector que Abba). Ce n'est pas Les doors et Morrissey. Ce n'est même pas les Kinks (là je vais loin, je doute que quiconque me suive).
Le seul truc, c'est que je n'aime pas Britney Spears et le son R&B des années 2000. Je n'y retrouve pas la légèreté, l'innocence des années 60. Mais les temps changent et la musique avec...C'est peut-être moi qui ai un problème avec mon époque. Il est le temps où les jeunes filles chantaient avec entrain: "
He doesn't look like a movie star
He doesn't drive a Cadillac car
He sure ain't the boy I've been dreaming of but
He's sure the boy I love".

Sonic Eric said...

Difficile, cher Christophe, de dire ce que la Pop doit être. Volatile et entêtante sont les deux adjectifs que je préfère et je ne déteste pas qu'on l'utilise comme sujet d'étude universitaire. Comme Chamfort, j'aime qu'on prenne au sérieux les choses légères et qu'on prenne à la légère les choses graves.
Sinon, j'ai le regret de n'être pas totalement en accord avec toi ( ce qui est suffisamment rare pour être souligné) sur les Kinks (si Sunny Afternoon et Afternoon Tea ne sont pas pop, alors qui est pop ?) et Morrissey (dont la musique n'est peut-être pas l'essence de la pop mais les références (Sandie Shaw, Dusty Springfield), si !)

Franck Z said...

Pourtant, la musique d'ABBA est plutôt savante... donc je ne partage pas du tout l'avis de Christophe. Celle des Beach Boys est très savante et pourtant c'est la pop la plus pure qui soit. Et je ne parle pas de Burt Bacharach. Alors réduire la pop simplement à la petite chanson au refrain facile, c'est effectivement en avoir une bien piètre opinion. La pop, ce n'est pas Gold ou Début de Soirée.

J'ai essayé le "Go Ahead" d'Alicia Keys et décidément ça ne passe pas. Ces voix R'n'B contemporaines sont décidément impossibles pour mes oreilles.

Sonic Eric said...

Oui Franck, quoiqu'elle donne l'illusion de la simplicité, elle est parfois savante.
Quant à Alicia Keys ou les Destiny's child, d'avoir des filles de 10 à 15 ans à la maison m'aide beaucoup à enviager la pop music pas seulement sous un angle rétro.

davnat said...

"Pouvait-on dire mieux ?" se demande Civil. Il est vrai que ce que tu écris l'est bien... écrit. Mais n'est-tu pas en train de nous refiler en douce une petite bataille "musique commerciale vs musique intellectuelle". Et ne risque tu pas par là-même de nuire au combat qui est le tien ?
Tiens moi par exemple, qui n'aime rien plus que ces petites bombinettes pop dont tu te repais, et bien je suis prêt à prendre les armes pour défendre toute idée expérimentale ou toute tentative de musique savante (pas les Fleet Foxes, faut pas déconner quand-même qui ne sont ni expérimentaux, ni savants, juste chiants). Et pareil au cinéma, pareil au théâtre où toute argumentation donnant la préférence au plaisir immédiat au détriment de toute réflexion me semble un peu louche.

Sonic Eric said...

Ce n'était pas mon intention, David, de réfuter systématiquement toute musique un tant soit peu expérimentale mais je demeure persuadé que l'innovation et l'expérimentation peuvent parfaitement se concilier avec la fantaisie et l'excentricité. Un exemple, particulièrement chéri, me vient immédiatement à l'esprit : les Fiery Furnaces.
Ma défense d'une simplicité méprisée n'allait pas de pair avec un mépris affiché de toute musique savante. Je tenais à le souligner.

-Twist- said...

(MODE DIGRESSION ON)

Quand j'étais adolescent, que je lisais Rock'n'Folk, j'avais acheté sur les conseils de Manoeuvre & Co l'album de Blind Faith. Pas réécouté depuis franchement 10 ans. Bon, j'avoue déjà à l'époque, j'avais pas trouvé ca formidable...

(MODE DIGRESSION OFF)

Digression, digression, et je me perds. Donc les sucreries. Ben écoute, je suis bien d'accord avec toi. Dans les années 2000, on a quand même eu je trouve une résurgence de ce genre de tubes assez uniques qui faisaient la loi dans les années 60.
Pour ma part, je suis fan de Toxic (et j'aime plutôt ce que pond la miss Britney), What'd you waiting for de Gwen Stefani est un bonheur, et Crazy est ce qui s rapprocherait le plus de ce qui se passait dans les 60s.
J'adore ce genre de one shot (ne nous leurrons pas, la plupart du temps, ces morceaux là écrasent le reste de l'album).

Après, oui, j'ai pas mal de potes qui aiment danser sur Britney et réfutent ca en société, comme si c'était un mal. Alors que ces titres là sont parmi les mieux produit des dernières années! Et je ne les comprends pas.
La société a une sorte d'image négative de ce genre de groupes assez incroyable.

Bref, un long laius pour ne rien dire. Ah, je vais me faire une petite playlist du genre (en commençant par le Umbrella de Rihanna).

Sonic Eric said...

J'attends ta liste avec impatience et j'aime bien Umbrella aussi

Christophe said...

entendons nous bien sur le terme de "musique savante":
http://fr.wikipedia.org/wiki/Musique_savante