Sunday, February 01, 2009

Tomine et Clowes

Je n'étais pas allé à Angoulême depuis 1998 en accompagnement d'une classe de sixième venue interviewer Zep, alors en pleine ascension dans le coeur des préados (j'y trouvais alors aussi mon compte, ne faisons pas la fine bouche). Et puis depuis plus rien. J'attendais l'occasion, l'immanquable. Et l'immanquable, c'était cette édition 2009 avec la venue de mes deux auteurs de comic books préférés, Adrian Tomine et Daniel Clowes. Grâce à l'entregent de Stéphane, précieux collaborateur à Radio Collège et vrai fan de BD, j'ai pu non seulement me faire dédicacer Short comings et un recueil d'Eightball mais en plus assister à leurs conférences de presse. Expérience passionnante qui nous permit d'apprécier l'humour pince sans-rire de Clowes (notamment lorsqu'il évoquat l'aisance de Scarlet Johansson sur le tournage de Ghost World) davantage que la timidité maladive de Tomine. On parla beaucoup de romans graphiques, nos deux auteurs regrettant la disparition programmée du petit format (à la manière d'Eightball ou d'Optic Nerve) et l'hégémonie manifeste du format long. Là aussi, l'esprit de sérieux semblant l'emporter sur le caractère futile, fantasque et jetable du comic book originel.
Un petit aperçu de cette journée avec la dédicace de Tomine et une photo des 3 auteurs américains sur le stand Buenaventura Press (Tomine et derrière lui, Chris Ware et Daniel Clowes).

10 comments:

Alex said...

Ah veinard, j'aime beaucoup Adrian Tomine aussi.
Y'a pas à dire, mais Angoulême, c'est quand même très chouette, il faudra que j'y retourne un jour :)

drgbs said...

je rêve d'une dédicace de Chris Ware sur mon exemplaire de Jimmy Corrigan personnellement en tant que moi même

Sonic Eric said...

Ah, si j'avais su !

coolbeans said...

Tu as vu Chris Waaaaaaaare !!!!

coolbeans said...

J'ai des milliards de bouquins de Chris Ware à faire dédicacer... (enfin, juste quatre ou cinq, en fait)

Sonic Eric said...

Je l'ai vu d'aussi près que je t'ai vu en juillet mais il avait l'air de jouer moins bien au foot, cela dit !

dragibus said...

ouahhhhhh vous avez joué au foot ensemble

vous pourrez me dedicacer un ballon ??

Anonymous said...

Ton goût est décidément impec, mec.
Juste un truc, surtout valable pour Tomine : ce puritanisme démoralisant qui fait de toute relation sentimentale un cauchemar hébété.
C.

Sonic Eric said...

A de rares exceptions près, la sexualité est effectivement chez Tomine vectrice de culpabilité et de refoulement. C'est sans doute ce puritanisme (tu as parfaitement raison) qui fait qu'au bout du compte, je préfère, malgré toute l'estime que je porte à l'auteur d'Optic Nerve, la sensualité débridée des créatures du maître Crumb

coolbeans said...

S'il joue au foot comme je dessine...